AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


 

Partagez | 
 

 « Rega si il avait voulu s’en sortir, il aurait pu. »

Aller en bas 
AuteurMessage
Rega Oshiha

avatar

Sexe : Masculin Messages : 15
Age : 26 Inscrit le : 01/02/2012

MessageSujet: « Rega si il avait voulu s’en sortir, il aurait pu. »   Mer 1 Fév - 23:18


      ▬ NOM : Oshiha
      ▬ PRÉNOMS : Rega
      ▬ SEXE : Masculin
      ▬ AGE & DATE DE NAISSANCE : 18 ans, né le 25 octobre.
      ▬ NATIONALITÉ : Japonaise
      ▬ ORIENTATION SEXUELLE : Pas fixé.


STEP I : Description physique

Cheveux sombres. Yeux pourpre. Taille moyenne. C'est les mots que tapaient l'agent sur le descriptif me concernant. C'est aussi les mots que n'importe quel individu auraient utilisés pour me décrire si il s'agissait de notre première rencontre. Rien de plus, rien de moins et dans cet ordre.


- Vous dites que vous étiez là par hasard ?
- Oui,
affirmai-je sans l'ombre d'une hésitation.


J'ai l'air d’être quelqu'un de calme, de réfléchi. Un physique sérieux, du moins en apparence. Un regard distinctif, pourpre et vif, mais visiblement éteint malgré tout. Quelqu'un de passif, voilà à quoi je ressemble. Ni trop grand, ni trop petit. J'ai un carrure qui se fond et se morfond dans la norme. Si je le désire, je passe totalement inaperçu et c'est mon plus grand avantage. J'ai l'air d’être innocent.


- Pourtant on vous a vu vous battre vous aussi.
- Et comment aurait-il pu en être autrement ? Cet homme m'a littéralement sauté dessus. J'ai simplement réagit comme tout être humain l'aurait fait. Mon instinct ne m'a pas dicté une seconde de me laisser faire. J'ai répliqué. Je me suis défendu. Je ne devrais pas en avoir honte.



J'ai des manières. Un savoir vire. Une éducation. Et dans ce monde nourrit par les apparences, celles ci ne peuvent en aucune manière me porter préjudice. Parlez calmement, choisissez un vocabulaire varié et soutenu, étalez vos connaissances, étalez votre culture, étalez votre savoir, montrez combien vous êtes intellectuellement au dessus des autres déchets moyens qui encombrent cette si "belle" société. Vendez-vous. Et vous gagnerez. Toujours.


- Et que faisiez-vous dans ce quartier ?
- Je rentrais chez moi. J'étais chez des amis mais ayant légèrement bu, j'ai privilégié la marche à pied et le chemin le plus direct menant à mon appartement, était celui que j'ai emprunté.



Regard fixe, imperturbable. Respiration calme, mesurée. Traits figés, impassibles. Expression froide, mais pas hostile. C'est probablement l'examen que l'agent faisait à mon sujet. Ou peut être se disait-il simplement "il n'a pas la tronche d'un coupable". Non en effet. Mon visage, mais surtout ma manière d’être ne me jugeaient pas coupable. C'était suffisant et je le savais. J'en jouais.


- Bien, je crois que ça sera tout. Vous allez pouvoir rentrer chez-vous et si vous voulez déposer plainte contre l'homme qui vous a agressé, revenez demain.


Tellement facile. Un léger sourire en guise de remerciement, puis une poignée de mains plus tard, je partais, d'une démarche calme et détendue. Je sortais du poste comme j'y étais entré : libre. L'humain est manipulable. Tellement naïf et incroyablement aveugle. Je ne suis pas différent des autres. Je joue de mon physique, j'en fais un atout. Il est ma meilleure arme, mon principal alibi. Je le soigne en conséquence.

Arrivé dans mon appart, un soupire traverse mes lèvres alors que je me dirige vers ma salle de bain. J'enlève ma veste noire, ma chemise blanche et mon jean sombre. J’aperçois l'espace d'une seconde mon reflet et un vague sourire passe sur mes lèvres. Si cet agent m'avait vu ainsi, aurait-il eu une autre opinion de moi ? S'il avait aperçu l' « INSANE » tatoué sur ma poitrine ? Si il avait contemplé le scorpion sur mon épaule ? Si il avait juste pu discerner le code barre sur ma nuque ou encore la flèche tribale sur ma hanche, pointant vers le bas, comme une invitation à aller voir ce qui se passe en dessous ? Si il m'avait vraiment regardé, aurait-il comprit que la victime dans cette histoire n'était surement pas moi ?


STEP II : Description psychologique


« Rega ? A vrai dire je ne le connais pas vraiment... Il est plutôt timide.
Enfin je crois.
»

J'admets cacher ma nature, mon fond, mon essence, mon être, appelez ça comme vous voulez. Mais je n’appellerais pas ça de l'hypocrisie, juste de l'humanité. Nous montrons tous ce que nous voulons montrer, nous jouons tous des apparences et nous cachons tous une part de nous. Par honte, par sécurité ou par jeu. Chacun a ses raisons et elles sont toutes légitimes. En ce qui me concerne, on pourrait juste dire que cette caractéristique est plus intense, plus envahissante.


« Moi je sais juste qu'il est beau et que son air blasé le rend encore plus craquant. Il a un coté mystérieux vous ne trouvez pas ? »

Je ne suis pas quelqu'un de gentil. Jamais je ne tends la main, jamais je ne propose mon aide, jamais je ne fais preuve de générosité ou d'affection. Je ne suis pas du genre à m'ouvrir aux autres. Néanmoins, je ne parais pas pour autant hostile. On ne me voit pas comme quelqu'un de mauvais ou de dangereux. On me croit inoffensif et j'aime ça.


« Oshiha quand on le connait vraiment... on le craint. »

Car derrière mon calme, derrière mon indifférence, sommeille quelqu'un d'incroyablement subversif. Impulsif. Obstiné. Manipulateur. Menteur. Malin. Colérique. Bouffé par la haine et la rancœur. Je suis un cocktail explosif qui ne demande qu'à éclater. Ecoeuré par la vie, rongé par le ressentiment, dégouté de la race humaine, j'ai depuis bien longtemps abandonné l'idée de suivre la société. Je suis devenu un anticonformiste, parfois au bord de l’anarchisme.


« J'ai vu grandir Rega. J'ai été témoin de sa délinquance grandissante, de son autodestruction dépressive. Et je n'ai rien fais. Car Rega était convainquant lorsqu'il s'agissait de plaider sa manière d'appréhender la vie. »

Je suis franc à l’extrême. J'adore dire ce que je pense. Et j'adore avoir de mauvaises pensées. Je jouis de voir le choc peindre les traits de ceux qui me jugent sans même me connaitre, qui croient en mon innocence et qui tombent de haut en entendant une phrase de ma bouche. Je ma galvanise des disputes, des cris et des insultes. J'exalte lorsque la colère s'extériorise, lorsque les visages se déforment par la haine et qu'enfin, notre vraie nature d'animal primaire et d'insupportable enfoiré d'humain se dévoile.


« Rega si il avait voulu s’en sortir, il aurait pu. »

J'aime la vie. Et j'aime la vivre. Je dois avoir un penchant certain pour le masochisme car j'ai l'impression de toujours chercher plus de souffrances. Je me nourris des blessures que j’inflige et qu'on me porte. Après tout, il n'y a que la douleur pour prouver que l'on existe, que l'on vit. Je ne peux pas m’arrêter de vivre. Et la violence, le jeu, la manipulation, la déchéance pure et simple est devenue ma drogue. Je suis accro.


Accro à la haine.

Ne me jugez pas. Vous y prendrez gout vous aussi. Car il n'y a pas meilleur remède pour apprécier à sa juste valeur... le bonheur.


« Rega ? C'est le plus humain d'entre nous. Rega ? C'est celui qu'on réclamait. Rega ? On ne peut que le suivre, peu importe la direction. »


STEP III : Histoire

J'ignore comment ça a commencé. Ca partait d'un mécontentement, ça se finissait au commissariat. La première fois que je me suis fais arrêté, c'était pour détention de drogue. Juste de la weed. J'ai été relâché après une nuit au trou et du haut de mes 13 ans j'ai très vite compris comment marchait le système. Ça ne m'a pas calmé. L'effet "prison pour dissuasion" était un échec. Royal.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu cette colère en moi, cette haine aussi corrosive que de l'acide citrique. Je vivais seul avec ma mère qui s'acharnait au travail pour nous trouver de quoi manger et je ne voyais que la pourriture humaine à chacun de mes pas. La suite était assez prévisible.

Certains diront que j'ai "mal tourné". Je dirais personnellement que je me suis juste trouvé. La violence, les dégradations, le refus de se plier à l'autorité quelle qu'elle soit, les conneries tout ça, c'était juste un moyen de se manifester au fond. J'étais du genre à vouloir empêcher le monde de tourner en rond. Je voulais expérimenter, tout essayer. J'ai eu de bonnes expériences, comme de très mauvaises. Je n'ai jamais rien regretté. J'ai trouvé des gens qui partageaient ma haine, ou ma manière de penser. On s'est crée un monde, la rue était notre terrain de jeu grandeur nature. Au début en tout cas...


I - Lilly


Quand j'ai rencontré Rega pour la première fois, j'ai été étonnée. C'était donc lui le monstre du quartier, le leader du gang, le grand patron ? De loin, habillé de cette chemise noire aux manches retroussées qui sculptait parfaitement son corps, il faisait presque tache dans l'environnement de la rue. Dieu sait combien il y avait sa place en réalité.

Kane, son meilleur ami et mon cousin, m'avait trainée de force jusque là. Je m'étais montrée peu réceptive au début, mais au fond, je brulais d'excitation de rencontrer le grand Rega. Il était beau, mais je l’imaginais différent. On entendait beaucoup de choses à son sujet, combien il fallait le craindre, à quel point son regard pouvait être glacial, comment il arrivait à rallier tout le monde à sa cause, par la force de ses mots ou de ses poings. Pourtant entrain de fumer sa cigarette contre le mur, il ne me paraissait pas différent de nous : banal. J'allais vite comprendre combien les premières impressions pouvaient être trompeuses.

Rega était différent des autres jeunes de la rue. Il était cultivé, lisait beaucoup, adorait la musique, s'instruisait continuellement et parlait avec engagement. Bien vite et en l'espace de quelques jours à peine, j'en tombais folle amoureuse. J'étais dévouée, prête à suivre complétement ses principes. Car quand il disait "on va tous crever de toute façon", ça ne sonnait pas si faux. Parce que Kane le suivait dans tous ses trips. Parce qu'il était incroyablement craquant quand il fumait. Parce qu'il avait des airs de paternalistes lorsqu'il faisait sa morale. Et parce que j'aimais l'entendre insulter sa vieille voisine lorsque cette dernière se plaignait qu'il ait mit la musique trop forte.

Ce mec aux airs si calmes était loin de l’être. Il s'énervait souvent et beaucoup trop vite. C'était parfois drôle et parfois terrifiant. Tout dépendait de la situation. Moi dans tout ça ? Je n'étais qu'une spectatrice comme beaucoup d'autres. Très proche de leur monde, je n'en restais pas moins exclue. Il n'y avait que Rega et Kane qui se comprenaient vraiment. Ils partageaient un lien indescriptible, de vrais complices hors du temps et de l'espace. Ensembles tous les deux, les choses pouvaient rapidement dégénérer. Ils étaient ingérables. Ils étaient aimés pour ça.

Me contenter d'observer Rega de loin était parfois dur. Contraignant. Mais je ne pouvais m'empêcher de continuer. Autant que je l'aimais. Autant qu'il me fascinait. A quelque part, j'espérais juste pouvoir moi aussi briller de cette étrange lumière, qui semblait suivre chacun de ses pas.


II - Kane

Je pense qu'on a exagéré. Plus d'une fois. On s'est attiré beaucoup d'emmerdes et malheureusement, je n'étais pas aussi doué que toi lorsqu'il s'agissait de paraitre innocent. Je ne compte plus le nombre de fois où tu es venu me sortir de prison. On était cons vraiment, mais ce que c'était bon ! Tu te rappelles de la course poursuite à travers le quartier pour échapper aux flics à nos 12 ans ? Il a fallut que tu t'amuses à leur faire des doigts ce soir là ! Je me souviens t'avoir entendu littéralement éclater de rire en fuyant. T'as toujours aimé provoquer, t'opposer à la société. La dessus mec, j'ai jamais pu t'en vouloir.

Je sais pas exactement comment on a réussi à se faire cette bande, ce gang comme l'appelait certains. Une chose était sur : tu en étais le principal responsable. Toi, même si tu te battais et tabassais ceux qui te faisaient chier, t'étais du genre à leur parler ensuite. A leur apprendre la vie, à leur apprendre quelque chose. Je crois que tous ces jeunes cherchaient juste une éducation, des limites. T'es celui qui a su leur foutre du plomb dans la cervelle. Car même si on foutait la merde, on n'allait jamais trop loin.

Même si t'étais le premier à sauter dans le tas, à t'énerver pour rien et à flanquer le premier coup de poing, je sais combien tu étais prudent. Tu étais très intelligent et tu savais pertinemment qu'à tout moment, les choses pouvaient déraper. Tu savais ce qu'on risquait. Tu la voyais toi, l'épée de Damoclès au dessus de nos têtes. Je crois que t'as tout fait pour la prévenir, pour l’empêcher de tomber. Tu devrais surtout pas t'en vouloir. Tu ne pouvais pas parer l'imprévisible.

Mon frère... Pardonne moi.


III - Rega

Kane était oppressant. Il parlait et ne s’arrêtait plus. Son sourire niais m’exaspérait, ses coups de speed me donnaient envie de le tuer. Je l'aurais pendu par les pieds au dessus de l'Himalaya et attendu que la pression de son sang fasse exploser son cerveau et ne l'achève lorsqu'il riait comme un abrutit. Ses prises de paroles intempestives et stupides me donnaient envie d'éclater sa boite crânienne contre un trottoir. Je crois qu'il aimait mettre mes nerfs à rudes épreuves et à son contact, mes instincts meurtriers se réveillaient souvent. Néanmoins, il était un frère pour moi. Et j'aurais tout fait pour lui.

Aussi, le jour de mes 18 ans, le monde s'effondra autour de moi. Il s'effondra quand je compris que mon frère, mon seul ami, était mort, une balle de 9mm enfoncé en plein coeur.


- Rega ? C'est Lilly... Il s'est passé quelque chose.
- Lilly ? T'es entrain de pleurer ou quoi ? Articule je comprends rien.
- Rega je...
- Quoi t'aurais enfin décidé de m'offrir ton corps pour mon anniversaire ? T'en pleure de joie c'est ça ?
- REGA !
- Quoi putain ?
- Kane est mort !



Sur le coup. On ne comprend pas vraiment ce qu'on nous dit. On entend les mots mais on n'arrive pas à leur donner du sens. C'est du chinois, c'est incompréhensible.


- Il est mort Rega tu m'entends ? Il a été prit dans une fusillade... La balle a tapé en plein coeur.


Mes larmes ont coulés ce jour là. Tout comme le sang de mes mains meurtries à force de taper contre le mur. Kane ne méritait pas ça. Et cette nouvelle injustice, ne fit qu'augmenter un peu plus la haine qui gisait déjà en moi. Sans un mot, sans un regard. Je partis. Emportant mon passé et mon avenir. Je ne pouvais plus rester dans ce quartier. Je ne pouvais plus. Je marchais droit devant. A la recherche d'une nouvelle preuve de vie, d'un nouveau terrain de jeu, d'un nouveau départ. N'importe quoi qui supporterait ma présence et attendrait ma vengeance.


Je reviendrais.


STEP IV : Groupe désiré ?

JOYS CIRCUS SHADOWS TRALITY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rega Oshiha

avatar

Sexe : Masculin Messages : 15
Age : 26 Inscrit le : 01/02/2012

MessageSujet: Re: « Rega si il avait voulu s’en sortir, il aurait pu. »   Lun 20 Fév - 18:42


FINIT
Cho adoré... Tu peux venir valider mon DC steuplait ? Je me suis enfin motivée à le faire t'as vu ? Et finalement j'ai fais un mec. Je sais pas pourquoi, j'ai changé d'avis tout à l'heure et tu vois, ça m'a inspiré ! Les mecs sont plus sexy de toute manière. ♥
Je m'excuse d'avance pour les fautes d'orthographe probablement présentes, vu que j'ai écris ça vite et que c'est tout frais. Y'en a surement que je n'ai pas remarquées à la relecture (qui a été assez rapide aussi, je l'avoue). Bref, t'peux me valider steuplaiiiiit ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chōji
Administrateur Violeur !
Dévore moi si tu l'oses...
avatar

Sexe : Masculin Messages : 307
Age : 26 Inscrit le : 14/01/2012

MessageSujet: Re: « Rega si il avait voulu s’en sortir, il aurait pu. »   Mar 21 Fév - 23:34

  • J'vais t'dire, y'en a pas tant que ça, voir même assez peu, suffisamment peu pour que je n'en dise rien ♥

    J'aime bien la façon dont tu as fais l'histoire. (Les chapitres sous l'angle de plusieurs personnes !) C'est franchement sympa. L'histoire est, malgré sa dureté, pleine de douceur dans l'écriture. J'aime beaucoup ton nouveau perso.

    Le reste, tu le sais, je ne suis pas très tiptop en ce moment, donc pardonne la super longue admiration que j'ai pour toi, qui aujourd'hui est silencieuse. Franchement, il est bien. A la limite du Trality, quand même hein. Enfin, c'est vrai qu'a l'intérieur c'est un gros pourri ♥

    Longue vie à lui, amuse toi bien, et puis, j'adore ses tatouages. Et t'écris toujours d'une manière aussi lisse et agréable. J'aime ça ♥

    Validation effectuée ♥

_____________________________________________________________________

[list]
Co-Admin - Chōji Ikeda
Stamp by Kennedy.
DC-Allan&Erza
[list]
« The question is; Who care ?»

SAE NAEDOKI M'A DIT
-Je suis quelqu'un d'ouvert.
-Ouvert des cuisses, ouais !
[/list:u]
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Rega si il avait voulu s’en sortir, il aurait pu. »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Rega si il avait voulu s’en sortir, il aurait pu. »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentation du personnage :: Validés-
Sauter vers: