AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


 

Partagez | 
 

 Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~   Lun 4 Mar - 16:28


LE PASSEPORT

      • NOM : Brook
      • PRÉNOMS : Edmund
      • SEXE : Masculin
      • AGE : 20 ans
      • NATIONALITÉ : Anglais


VOS SOUVENIRS IMPORTANTS

« Papa, maman, désolé d’être arrivé trop tôt… »

Né un 12 Novembre 1993 d’un couple en difficulté économique, le premier souvenir d’Edmund fut le sourire fatigué d’une mère qui travaillait trop. Les deux amoureux allaient d’emplois en emplois, sans relâche, sans jamais se décourager, afin de subvenir aux besoins de cet enfant qu’ils aimaient tant, mais malgré tout, le petit ne pouvait s’empêcher de ressentir ce sentiment d’être un poids pour sa famille. Il n’avait pourtant que quatre ans, peut-être cinq lorsque cette idée lui vint en tête, et plus le temps passait, plus elle devenait lourde pour lui. Aussi, très vite, il devint un garçon discret et timide faisant de son mieux pour n’embêter personne, et surtout, pas ses chers parents.
Six années passèrent ainsi, la mère comme le père n’ayant toujours pas la sécurité de l’emploi, emplois qui de plus ne leur rapportaient guère assez d’argent pour vivre comme ils le désiraient réellement. Ce fut un jour de Mai 2000 que la figure paternelle de cette petite famille revint avec une excellente nouvelle. Ces mois, ces années de labeurs avaient enfin payé, il venait d’être promu à un poste fixe qui leur permettrait de souffler un peu et d’avoir une hygiène de vie moins stressante. Moins d’un mois plus tard, en Juin, tout sourire, les parents d’Edmund lui annoncèrent qu’il allait avoir un petit frère ou une petite sœur. Ce jour marqua tout particulièrement l’enfant qui n’avait alors pas encore sept ans. Il aurait dû ressentir de la joie, mais sa première impression fut la jalousie, un petit pincement au cœur qui l’empêcha de montrer son sourire à trous d’enfant.

« Un petit frère.. ? Il est plus mignon que moi.. ? »

Les neufs mois de grossesses se passèrent sans encombre malgré les terribles sautes d’humeurs de la femme enceinte. En Février, donc, une nuit, le travail se déclencha, et le trio qui bientôt deviendrait un quatuor se pressa de monter dans la voiture pour se rendre à la clinique au plus vite. Edmund resta sur sa chaise près du distributeur de friandises durant des heures, mangeant les barres chocolatées que son père lui avait achetées, se demandant combien de temps encore on le laisserait seul ainsi. Cette attente, aujourd’hui, il s’en rappelle encore, car durant ces heures là, du haut de ses sept ans, il avait su que sa vie allait être chamboulées à cause de l’arrivée de ce petit être qu’il appellerait désormais son frère.

« Ca va Alexander, on le sait que tu es beau… »

Edmund n’avait jamais été un garçon très ouvert et souriant, mais depuis l’arrivée de son frère, il se renfermait de plus en plus, se sentant rejeté par ses parents, ayant l’impression qu’ils préféraient son cadet à lui. La lecture fut son premier moyen d’évasion, il adorait les histoires se déroulant dans des réalités alternatives ou encore dans des mondes complètement fantastiques. Il s’imaginait être de grands héros ou au contraire des mages maléfiques prêts à tout pour obtenir le pouvoir. Quand à ses quatorze ans l’internet arriva dans sa famille, l’adolescent qu’il était devenu découvrit alors les joies des communautés en lignes. Très vite, il commença à y passer plus de temps que de raison bien que les mauvaises connexions de l’époque ne lui permettaient pas un accès aussi illimité qu’à l’heure d’aujourd’hui. A l’école, il avait peu d’amis, et à force de s’intéresser plus à ses écrans qu’à eux, il finit par les perdre, ce qui ne l’aida pas à évoluer correctement dans la vie, lui qui finit par ne parler plus qu’avec ces personnes dont il ne connaissait souvent que le pseudonyme sur les forums où il se rendait.
Ses parents eurent la mauvaise idée de lui offrir pour ses seize ans son propre ordinateur portable, lui qui ne sortait déjà que très peu. Suite à ce cadeau et l’arrivée de l’adsl, Edmund passa ses soirées et ses journées libres dans sa chambre, sur son ordinateur, essayant d’éviter sa famille et surtout son frère le plus possible. Sa jalousie avait fini par se transformer en haine pour lui qu’il jugeait être la cause de tous ses malheurs alors qu’il n’avait que neuf ans à cette époque là. Ses géniteurs finirent tout de même par se rendre compte que quelque chose clochait avec leur aîné et usèrent d’une solution de facilité pour comprendre ce qu’il se passait : ils l’envoyèrent voir un psychologue. Ce dernier décréta qu’Edmund était un jeune homme ayant de forte tendance à la dépression et qui de plus était le résultat de cette nouvelle forme de solitude appelée communication. Malgré les séances avec le docteur, l’adolescent ne semblait jamais aller mieux et pire encore, son comportement s’aggrava. A dix-sept ans, antisociale et dépressif au dernier degré, il fut décidé qu’on l’enverrait faire un petit séjour à l’hôpital psychiatrique Saint-Joseph qui avait très bonne réputation.

« T’as vu Alexander, à cause de toi ils me croient fou… »

Edmund, encore une fois, reporta tous ses problèmes sur son frère qu’il ne put s’empêcher de torturer en ne cessant de lui dire des mauvaisetés une fois de retour chez lui. Son premier internement fut des plus désagréables pour lui, il avait eu l’impression d’être une bête de foire. De plus, ce séjour en psychiatrie ne lui servit à rien, car deux mois après, il faisait une tentative de suicide avec des médicaments trouvés dans le placard à pharmacie de la demeure. Ses parents, en le retrouvant, paniquèrent, et de nouveau, après une semaine d’hospitalisation, il se retrouvait à Saint-Joseph. Mais tout cela avait un prix, et même s’ils étaient désormais une famille aisée, ils ne pouvaient plus se permettre de l’envoyer à répétition faire de longues thérapies dans cet hôpital que le jeune détestait.
A dix-neuf ans, bientôt vingt, Edmund était toujours dépendant de ses parents et ces derniers, même s’ils l’aimaient profondément, ne savaient plus quoi faire de lui. Il fallait trouver une solution urgemment…

« Et maintenant.. ? Où on va.. ? »

Mystère.


VOTRE CARACTÈRE

Edmund n’est pas un gars extraordinaire, il est juste banal, tout simplement représentatif des malheurs qu’engendre notre société basée sur la communication. On pourrait simplement le décrire par ces trois mots : tristesse, solitude et dépression. Pas un éclat dans ses yeux, pas un sourire sur ses lèvres, c’est la mélancolie qui guide la vie de ce garçon. Il est jeune et pourtant il semble déjà tout connaître. Blasé de tout, seul son monde imaginaire l’intéresse. Les gens lui font peur, la vie dehors l’effraie, aussi, il reste enfermé, seul, sans se soucier des autres, son état se dégradant de jours en jours. Il fait peine à voir et malgré les efforts de ses proches, lui, ne cherche pas à changer. Il est rancunier, il pense que son pauvre petit frère est la cause de tous ses problèmes. Il n’est pas un exemple de bonté, non, il est un lâche refusant de voir les choses en face et se débarrassant de ses torts sur le dos des autres. Il croit porter la misère du monde sur ses épaules mais en réalité il est dans le même gouffre que ses semblables, la seule différence étant que lui n’essaie pas d’en sortir, pire, il creuse lui-même sa tombe. Déblatérer sur sa personnalité serait une perte de temps, Edmund est fade, voila tout.
Quant aux choses qu’il aime, elles sont peu nombreuses. Sa passion ? Un phénomène appelé rôle play. Il aime faire évoluer ses personnages dans des mondes créés par des internautes aimant autant écrire que lui. Sinon, il y a les jeux vidéo ou encore une fois ce sont les jeux de rôles qui priment sur ses consoles. Lorsqu’il ne fixe pas un écran, il est souvent plongé dans un livre d’héroïque fantaisie tel que le seigneur des anneaux ou encore les 12 royaumes. Pour finir, parlons de ce qu’il ne supporte pas, et cette fois ci la liste est longue. Il y a bien sûr la foule, lui qui fait preuve d’une certaine forme d’agoraphobie. Mis à part ça, il y a son frère, la personne qu’il déteste le plus au monde bien que quelque part, le lien de sang qui les uni l’oblige à avoir une certaine forme d’affection pour lui. Il y a de nombreuses choses qu’il ne mange pas par simples caprices. Il n’aime que les gâteaux se formant d’un bloc comme les quatre quart ou encore les financiers, il n’apprécie pas la plus part des légumes et pour ce qui est de la viande il aime surtout le bœuf et autres viandes rouges.
Ce jeune homme est un garçon ne faisant pas toujours preuve de maturité, en effet, il lui arrive souvent de se comporter comme un enfant gâté. Il ne faut donc pas se laisser attendrir par ses grands yeux tristes bien que cette profonde dépression ait détruit sa jeunesse et probablement le reste de sa vie. Tout n’est pas de sa faute bien sûr, il ne faut pas trop le blâmer non plus, mais son plus grand tort est de se laisser ainsi sombrer sans chercher à voir tout ce que le monde a à lui apporter en commençant par l’amour de son père et de sa mère.


VOTRE ARRIVÉE AU PENSIONNAT

Un jour pluvieux comme tant d’autres, la tête posée contre la vitre de la voiture qui roulait à son goût trop lentement vers des lieux qu’il ne connaissait pas, ses parents ne lui avaient pas encore dit où ils l’emmenaient et il espérait que ce ne soit pas un autre hôpital psychiatrique où il devrait passer plusieurs semaines qui ne serviraient probablement à rien. Il avait récemment de nouveau tenté de se suicider en avalant encore une fois des médicaments trouvés dans le tiroir de sa mère. Lorsque la voiture s’arrêta enfin en face d’un bâtiment lugubre, le jeune homme qui avait à présent vingt ans se redressa.

« On est où.. ? » demanda-t-il en sortant, se mettant face à son père qui lui souriait d’un drôle d’air, comme s’il était gêné.

Ce fut sa mère qui prit la parole, c’était elle qui maniait le mieux les mots et qui savait rassurer un tant soit peu son fils. Elle avait pris tout de même un certain temps avant de réussir à lui expliquer ce qu’était cet endroit.

« Une école, c’est une école mon chéri, un internat… dit-elle en lui prenant la main. L’Horizon… Tu sais, je crois que c’est le mieux pour toi… »

Elle paraissait si triste à cet instant, Edmund s’en souviendrait longtemps de ce regard désolé qu’elle avait plongé dans le sien. Une école disait-elle ? C’était hors de question, il ne voulait pas y aller, il ne voulait pas quitter son petit cocon familiale et confortable, il ne voulait pas à avoir à fréquenter d’autres personnes. Il repoussa sa mère et partit un peu plus loin, laissant ses parents seuls et en plein désarrois. Alors c’était ainsi ? Ils se débarrassaient de lui parce qu’ils ne savaient plus quoi en faire ? Il était déçu, tellement déçu. Son paternel revint finalement le chercher et, fermement, lui fit passer le portail de ce qui lui paraissait être une prison. Dans son gros sac il y avait toute sa vie. Son portable, son ordinateur, ses consoles… Et là, ce fut le drame, on lui prit tout, tout ce dont en quoi il croyait lui fut subtilisé et ses parents ne firent rien pour empêcher cet acte qui lui paraissait terrible. Ils ne devaient pas savoir ce qu’ils faisaient en l’envoyant dans cet internat pourtant réputé mais à cause d’eux, leur enfant, leur fils vivrait probablement de terribles épreuves. Après de brefs au revoir qui ressemblaient plus à des adieux, Edmund quitta ses parents, ses parents qu’il aimait tant sans jamais oser le leur dire ou le montrer. Il était seul. Définitivement seul. Combien de temps cette torture aller durer ? Neuf ans ? Neuf longues années ? Dieu, qu’avait-il fait pour mériter ça…

RP LIBRE

Que peut-on ajouter sur un personnage dont même le physique parait d'une banalité effrayante?

DERRIÈRE L’ÉCRAN

• PRÉNOM ou PSEUDO : Jeanne
• SEXE : Indéterminé 8)
• AGE : 16 ans
• COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM : Grâce à Natsu! o/


FINI!


Dernière édition par Edmund Brook le Mer 13 Mar - 1:22, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chōji
Administrateur Violeur !
Dévore moi si tu l'oses...
avatar

Sexe : Masculin Messages : 307
Age : 26 Inscrit le : 14/01/2012

MessageSujet: Re: Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~   Mer 6 Mar - 3:06

  • Bonjour/Bonsoir/Bienvenue !

    Désolé du temps d'attente de notre réponse, nous sommes actuellement très occupés, parce que tous aux études, et les deux admins principaux (dont moi) en sup'. Ce qui rend cette période délicate.


    Avant toute lecture, je tiens à ce que tu t'occupes de ton avatar. ;-)

    Pour en savoir plus, clique ici.


    Du reste, merci de poster un message pour me signaler que tu as corrigé ceci. Je viendrai alors m'occuper de ta fiche. Merci, et désolé encore une fois, de tout ça, et puis de ma froideur, j'ai pas l'air très emballé, ne t'y fie pas, on t'aime déjà. ;-)

    Imagine juste un pauvre étudiant, vivant seul, en plein examen, en train de ramper sur le sol. Enchanté, c'est moi.

_____________________________________________________________________

[list]
Co-Admin - Chōji Ikeda
Stamp by Kennedy.
DC-Allan&Erza
[list]
« The question is; Who care ?»

SAE NAEDOKI M'A DIT
-Je suis quelqu'un d'ouvert.
-Ouvert des cuisses, ouais !
[/list:u]
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: [g]   Jeu 7 Mar - 0:58

Pas de sushi! Par contre je foire le redimenssionnage! èOé <= Langage de juif! *Pan*

OH NON C'EST BON J'AI RÉUSSI! *Joie*
Revenir en haut Aller en bas
Chōji
Administrateur Violeur !
Dévore moi si tu l'oses...
avatar

Sexe : Masculin Messages : 307
Age : 26 Inscrit le : 14/01/2012

MessageSujet: Re: Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~   Jeu 7 Mar - 2:10

  • Merci de l'effort fourni ! :-))

    Par contre, vu la qualité de l'avatar, je vais te demander par MP de m'envoyer l'image originale. Je vais tenter d'arranger la déformation. Il faut avouer que l'image est de piètre qualité.. :-/

    Concernant ta fiche, alors. Tout d'abord, bienvenue à Edmund, j'vais t'appeler Ed, ca sera plus court. (Non j'demande pas, j'me permet, toussa.)

    Alors, premier paragraphe, premier cri.

    Spoiler:
     

    Mes yeux ont saigné ! Maman ! Heureusement que le reste est clean pour l'instant, sinon... Je mords ! :-P

    Pour la suite, alors j'ai un petit soucis de temps, mais après peut-être lis-je trop vite, comme j'ai beaucoup de travail...
    Spoiler:
     

    J'suis une brêle en math, mais soit un truc me titille et j'ai besoin d'explication, soit pour le coup y'a vraiment tout ceci de formulé comme je l'entends, et donc là 4+6 ne font pas 7, mais après c'est peut-être sans rapport, mais comme ça se suit, la logique veut que c'est un peu incohérent dans la formulation ! C'est tout bête mais ça m'a travaillé \o/

    En dehors de ça, l'histoire est cool jusqu'à présent hein. Je suis un détracteur, c'est mon boulot, les erreurs ;-).
    (Puis je dis les compliments après, comme ça vous êtes obligés de tout lire HAHA.)

    Spoiler:
     
    Par ci par là, quelques fautes très flagrantes qui traînent. Néanmoins, comme c'est ma première lecture, je vais cesser de les nommer. Je pense qu'il faut impérativement que tu te relises, et que tu fasses attention aux participes passés. N'oublie pas les féminins, et aussi attentions aux mots tout court. Une Barre de chocolat est très différente d'un Bar où l'on boit :-). (Enfin moi je fais les deux hein mais ca n'a rien a voir /PAN).

    Et si tu as besoin d'aide, soit Bonpatron, soit des relecture de coupins, soit de moi même simplement peut t'aider. (C'est mon boulot, mh ? )

    Ne m'en veux pas, mais je ne continuerai pas de lire avant cela. Pourquoi ?
    Bah, avoue que ca te ferais pas plaisir que je ne profite pas de l'histoire (qui a l'air très bien, d'ailleurs, j'aime beaucoup jusqu'à présent ! :-)) parce que je passe mon temps à chercher des fautes ;-)... (Et puis quand on écrit bien, on aime que le lecteur ne voit pas de bourdes héhé.)

    Sur ce, comme d'hab, un petit message ici après ta correction, et je reviendrai /o/
    Ah, euhm, je serais peut-être plus absent vendredi. Donc essaye de faire ca pour jeudi, sinon,... Bah je reviens samedi soir sans faute :-). Donc là, a ton aise.


    N'oublie pas le petit MP de l'image de ton avatar. Bon courage, je suis impatient de lire la suite ! Et courage ! N'hésite pas si tu as besoin d'aide!


_____________________________________________________________________

[list]
Co-Admin - Chōji Ikeda
Stamp by Kennedy.
DC-Allan&Erza
[list]
« The question is; Who care ?»

SAE NAEDOKI M'A DIT
-Je suis quelqu'un d'ouvert.
-Ouvert des cuisses, ouais !
[/list:u]
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~   Jeu 7 Mar - 22:52

Voilà, j'ai corrigé toutes les fautes que j'ai pu voir, désolé de te les avoir infligées, je fais moins attention quand j'écris sur un écran... ^^'

Pour ce qui est des l'histoire des quatre ans, ça ne fait pas partie de la chronologie, c'est à quatre ans qu'il s'est rendu compte qu'il était un poids pour ses parents mais il s'est écoulé six ans de vie jusqu'à ce que le père trouve un nouveau travail et un peu moins de sept ans avant qu'ils ne lui annoncent l'arrivée d'un bébé. V'la. :)
Revenir en haut Aller en bas
Chōji
Administrateur Violeur !
Dévore moi si tu l'oses...
avatar

Sexe : Masculin Messages : 307
Age : 26 Inscrit le : 14/01/2012

MessageSujet: Re: Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~   Mar 12 Mar - 4:15

  • Et me revoilà, après tant de combats et d'acharnements !

    Je saiiis, je suis à la bourre, c'est le mal, mais comme mon MP l'atteste, j'ai été over-occupé. Néanmoins quand j'ai vu que c'était ton anniversaire -BON ANNIVERSAIRE- j'me suis dis "je le fais cette nuit, tant pis, je dormirai un autre jour!".

    • Et me voilà.


    Donc, j'attaque la première partie. Je te signale quelques fautes, par ci par là qui restent. Néanmoins, tu as fais un assez gros effort et.... Moi aussi, je corrige mieux hors écran ! Donc je compatis. J'en rate d'ailleurs probablement plus d'une, mais c'est surtout les fautes flagrantes que je signale.
    Spoiler:
     

    Maintenant, le 'fond'. Alors malgré sa banalité effarante, il est un cas rare du RP. On croise peu d’asociaux, au final. J'aime beaucoup son caractère, sa rancune qui revient, et le fait qu'il soit déjà un cas grave si jeune. Quelque part, il n'est pas banale, il est un peu ce que l'humanité vit à lui tout seul.
    C'est plutôt bien écrit, en dehors des fautes que j'ai souligné il n'y a pas de problème de grammaire, de conjugaison, tout ça était nickel.
    Tu écris bien, c'est agréable, on rentre dans l'histoire sans mal, et on ne se lasse pas de lire tranquillement pour comprendre Edmund.

    • La suite !


    Bah voilà, comme je viens de le dire (J'écris au fur & à mesure), Ed' représente bien le monde actuel. Ca le rend d'autant plus intriguant ! C'est vrai au final, les gens qui ont une vie compliquée évoluent, ils avancent, vivent..

    Ed' est une sorte de déchet qui se roule tout seul dans une poubelle, et le pire, c'est que tu décris ça avec une flegme assurée, sans aucun problème. Facile ? Pas tant que ça. Beaucoup de gens ont trop de fierté pour que même leur perso soient aussi proche de la blasante humanité.
    Je te tire mon chapeau pour à la fois le dénigrer sans que ça soit réellement le cas, en bref, pour avoir crée quelqu'un d'imparfait, et faire avec. Voilà.

    [Juste une note : "d’un bloque" se dira d'un bloc. Avec "qu" c'est le verbe bloquer. ;-)]

    • La dernière étape !


    Ca fait plusieurs fois que j'vois la faute, alors, au futur, souvent, les "ai" n'ont ni S ni T. "Je mangerai des bananes demain". Voilà. Mais rien de grave, je te l'accorde. Le reste des fautes est minime, tu t'es bien rattrapé.
    Tes phrases sont toujours très bien tournées, je n'ai rien a dire de plus ! Finissons-en avec le technique...

    Les parents d'Ed' sont aussi lâches que lui, vraisemblablement. Mais j'étais tellement habitué de lire la vie de ce jeune homme, tellement cloisonné dans sa bulle, que quand tu m'as rappelé qu'on allait le priver de toute technologie,...
    J'ai vu naître un fou furieux en live dans ma tête. Je suis pressé de voir l'état psycho' dans lequel il va être. Ca va être de la patate j'vous l'dis.

    Je te demanderai quand même de corriger tout ce que j'ai dis, histoire d'avoir le swag.

    Et sur ce, je te valide coco. Et je mettrai ton rang juste après. N'oublie pas de remplir ta feuille de personnage dans ton profil, quand tu reviens.

    Encore un joyeux anniversaire, & a bientôt sur le fo' ;-)

_____________________________________________________________________

[list]
Co-Admin - Chōji Ikeda
Stamp by Kennedy.
DC-Allan&Erza
[list]
« The question is; Who care ?»

SAE NAEDOKI M'A DIT
-Je suis quelqu'un d'ouvert.
-Ouvert des cuisses, ouais !
[/list:u]
[/list:u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~   Mer 13 Mar - 1:26

Je suis gâtée cette année! La neige, je suis validée, le dernier tome de Kuroshitsuji... Que demander de plus?!

Bref, merci bien jeune padawan et je suis ravie qu'Edmund ait pu te plaire parce que ce morceau dépressif est pas vraiment une perle! J'essaierai de le jouer au mieux pour ne pas te décevoir très cher!

Sinon, j'ai corrigé les fautes que tu m'as signalé. Par contre je n'ai pas trouvé ton histoire de "ai" au futur dans les textes. Je suis peut-être passé à côté cela-dit.

Oh! Et merci pour l'avatar! J'aime pas ces machins, ils ressemblent jamais assez à l'idée que je me fais du personnage...
Revenir en haut Aller en bas
Sae
Administratrice - Fondatrice
avatar

Sexe : Féminin Messages : 722
Age : 25 Inscrit le : 01/02/2010

MessageSujet: Re: Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~   Jeu 11 Avr - 16:27

Bonjour Ed ! Bienvenue Ed ! Bon, j'arrive un poil en retard, mais heureusement Choji a été la pour prendre les choses en main. Désolée pour le temps que ça a pris - et notamment pour mon absence qui en est radicalement responsable.

Pour les avatars, c'est difficile parfois de trouver ce qu'on imagine. Je pense à faire une banque, pour proposer aux gens quelques avas, des fois qu'ils n'aient pas d'idée. Enfin, je dis ça, mais faut-il encore que je trouve le temps ! #concoursconcoursconcours.... Bref, on verra ça dans un mois. =)

Je te souhaite très bon jeu sur No Matter et que tes RPs soient beaux et régalants !

_____________________________________________________________________


Frédéric Beigbeder ▬ Fuir. Toujours. Et courir sans relâche. Et puis, un jour, s'arrêter pour dire à quelqu'un, en le regardant droit dans les yeux : c'est toi dont j'ai besoin, vraiment. Et le croire. Ce serait beau alors, de ne pas éclater de rire, d'avoir un peu peur, et de prendre des risques, de faire des trucs ridicules. Et de cesser de fuir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://no-matter.forumperso.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un nolife tu dis? Je te rappelle que tu es stupide moi? ~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Présentation du personnage :: Validés-
Sauter vers: